La neutralité ne mène nulle part

EcoledAthene« Par peur d’imposer des valeurs particulières, beaucoup d’éducateurs préfèrent une approche moralement neutre et estiment que ce n’est pas le rôle de l’école d’influencer les préférences morales des élèves. On peut certes se méfier d’un enseignement prescriptif de la morale qui reflète le monde de celui qui les enseigne. Mais qui pourrait déplorer le fait d’inspirer chez les enfants une appréciation constructive de l’entraide, de l’honnêteté et de la tolérance ? La neutralité morale est en fait un leurre puisque les enfants se forgeront de toute façon un système de valeurs. Mais, sans le soutien d’éducateurs avisés, ils risquent de le trouver dans les médias qui exsudent la violence, dans la publicité ou dans la fréquentation d’autres enfants tout aussi désorientés qu’eux. Pour être harmonieuses et justes, une société et l’éducation qui la soutend ne peuvent se passer d’un consensus sur la nocivité de la violence et de la discrimination ainsi que sur les avantages de la bienveillance, de l’équité et de la tolérance. »

Mathieu Ricard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.